Le serveur éducatif de l'IGN et de l'Education Nationale sur l'information géographique
documentation spécialisée définitions des mots techniques consulter le sommaire... page d'accueil exposés sur questions techniques voir exemples, télécharger ... rechercher un mot ...

 

8
Fabrication d'une carte

Cartographie avec internet (en chantier)
Technique cartographique : la sémiologie
Technique cartographique : généralisation
Technique cartographique : l'esthétique graphique
Traitements cartographiques sur le contenu (en chantier)
Traitements cartographiques géométriques (en chantier)
Traitements cartographiques statistiques (en chantier)

 

 
Fiche précédente Fiche suivante

par
Nicolas
Cabon

Ecrire
et
Gérard
Chappart

Ecole Nationale des Sciences Géographiques
Ecrire

 

Technique cartographique: la sémiologie
 

Symboles linéaires extraits
d'une légende de carte IGN
 

La sémiologie graphique (étude des signes et de leur signification) a pour but de transmettre une information correcte et d'aboutir à une image cartographique facilement accessible au lecteur.

Il s'agit d'un véritable langage destiné à faciliter la communication à l'aide d'outils graphiques appelés variables visuelles.

La bonne utilisation de ces variables permet de renforcer le message tout en le rendant plus lisible.

 

Plan de fiche

Les variables visuelles
Propriétés des variables visuelles
Combinaison des variables

 

 

Les variables visuelles

La forme, la texture-structure, la taille, l'orientation, la couleur, la valeur, la dynamique

 

La forme

 

En sémiologie graphique, il existe une infinité de formes qui peuvent être classées en trois groupes : les formes symboliques , les formes géométriques et les formes conventionnelles.

 

 

La texture-structure

 


Principales questions examinées à la conférence de la paix

 

 

La texture est définie par la forme du point élémentaire de l'image. On distinguera les textures visibles à l'œil nu des textures non visibles à une distance normale de lecture. La structure représente le mode de répartition et l'orientation de ces éléments.

La taille

 

La taille de l'objet à représenter n'est pas forcement assujettie à la géométrie de l'objet qu'elle représente. Le choix de la taille des signes se fera soit en fonction de la vraie grandeur de l'objet à représenter, de l'importance relative attribuée à l'objet par rapport aux autres détails de la carte ou de la densité des signes à mettre en place en fonction de l'échelle.

 


Cartographie statistique de la population française

 

 

La variable visuelle taille permet de représenter des quantités (nombre d'habitants), un ordre (grandes, moyennes et petites agglomérations) et, permet éventuellement de signaler des différences.

L'orientation

 


Les quatre orientations

 

 

Il s'agit de la direction du symbole par rapport aux directions de la base de la carte (bords verticaux et horizontaux du cadre). Quatre directions principales sont donc possibles : verticale, horizontale et deux obliques à 45 %. L'orientation permet de différencier les qualités des objets géographiques.

La couleur

 


Le spectre visible

 

 

La couleur ou les sensations colorées reposent sur l'existence de la lumière et plus particulièrement sur les radiations que celle ci émet.

L'œil humain ne perçoit que les fréquences du rayonnement électromagnétique comprises entre 400 et 700 nanomètres (10-9 mètres) : le spectre visible. Il est constitué d'une infinité de nuances allant du violet au rouge. La superposition de toutes ces radiations donne la lumière blanche. Ainsi, il est possible de reconstituer , avec trois rétroprojecteurs projetant chacun des radiations rouges vertes et bleues, les couleurs du spectre : bleu + vert + rouge = blanc. Il s'agit de la synthèse additive des couleurs. D'autre part, deux à deux, ces couleurs se combinent comme suit : bleu + vert = cyan, rouge + bleu = magenta, vert + rouge = jaune.

 


Cercle chromatique

 

 

Les couleurs à prendre en compte dans la reproduction des couleurs sont les primaires soustractives (cyan, magenta, jaune) qui sont constituées de pigments colorés et non de faisceaux lumineux. En superposant ces couleurs transparentes deux à deux ou trois à trois, il est possible de reproduire toutes les couleurs d'une photographie ou d'une carte thématique.

En sémiologie, la couleur permet de différencier des entités géographiques (départements par exemple), elle renforce l'associativité des symboles en attribuant à chaque grand thème une couleur (tout ce qui est associé à l'hydrographie est bleu, à la végétation est vert…). De plus, elle améliore la lisibilité et l'esthétique de la carte. Ainsi, en s'appuyant sur les propriétés (teinte, saturation, luminance) et les contrastes (complémentaires, clair - obscur, couleur en soi, chaud - froid, quantité ou qualité) des couleurs, il est possible de mettre en évidence des informations de natures différentes (densités, opposition entre thèmes, thème dominant…).

 


Carte des pentes de la région du Pré-Rif au Maroc, échelle du document de référence 1:100 000
 
Carte touristique du Mont Blanc, échelle du document de référence 1 : 25 000

 

La valeur

 

Il s'agit de la progression continue du blanc au noir jusqu'à la saturation complète d'une teinte. Cela permet de conserver l'associativité d'un ensemble d'objets (tous les départements d'une même région dans la même couleur) tout en créant une différenciation par la valeur.

 

 

 

En cartographie statistique on pourra utiliser la valeur pour créer un classement ordonné (l'objet le plus clair étant considéré comme le moins important). L'utilisation de cette variable est limitée : 6 à 7 paliers différentiables selon les teintes utilisées.

 

La dynamique

 

 

Liée à l'avènement des outils informatiques, la variable dynamique permet de suivre en temps réel un phénomène graphique. Dans une carte de circulation routière, on pourra ainsi visualiser un accident (point clignotant), un ralentissement (itinéraire clignotant).

 

 

Propriétés des variables visuelles

La quantité, l'ordre, la différenciation, l'associativité

 

Les variables visuelles vont se caractériser par leur aptitude à mettre en évidence des différences entre entités représentées, une progression ordonnée de valeurs relatives (densité par exemple), des quantités ou des similitudes.

 

La quantité

 

La quantité permet de définir la valeur absolue d'un élément géographique (précipitations annuelles, nombre de touristes dans une ville).

 


Variable taille

 

 

Seule la variable visuelle taille est quantitative et est souvent utilisée sous forme de cercles de tailles proportionnelles à des quantités.

L'ordre

 


Variable visuelle valeur ordonnée
 

L'ordre permet de pouvoir appréhender une hiérarchie : une série ordonnée de valeurs relatives (densités de populations) pourra être utilement représentée par des densités graphiques ordonnées (valeurs de gris du blanc au noir). Cette propriété concerne la valeur et, à un moindre degré, la taille.

 

La différenciation

 

Le caractère différentiel de certaines variables doit permettre d'identifier sans ambiguïté les signes se reportant à des thématiques différentes (industrie et tourisme), à des entités géographiques opposées (montagnes, plaines) ou à mettre en exergue un élément dans un groupe. Cette propriété concerne toutes les variables visuelles avec une plus grande efficacité pour la forme et la couleur.

 


Carte physique de la France métropolitaine

 

 
Carte administrative de la France métropolitaine
L'associativité

 

 

L'associativité permet d'associer des éléments de nature différente. Cette propriété permet de regrouper en un seul grand ensemble (habitat, végétation…), les différents objets d'un thème. Les variables visuelles valeur et forme peuvent être associatives

 

 

Combinaison des variables

Combiner les variables visuelles pour renforcer le message

 


Couleur et orientation
 
Couleur et forme
 
Texture et orientation=valeur

 

   

Les six variables visuelles peuvent se combiner entre elles , ce qui permet de renforcer le message si la combinaison est bien contrôlée. En effet, l'utilisation de la variable valeur implique de découper une progression de valeurs de gris du blanc au noir en un certain nombre de plages. Si le nombre de plages est trop grand, la différence entre deux valeurs de gris voisines ne sera plus évidente en première lecture.

De même, l'associativité sémiologique sert le cartographe quand il en domine l'utilisation. Dans le cas contraire, en utilisant des formes différentes, on peut constater que leur utilisation à une distance habituelle de lecture peut amener des confusions qui nuisent à la transmission du message.

 

 

 


Haut de page
 
Accueil Recherche Exemples Dossiers Sommaire Lexique Documentation Aide A propos...