Le serveur éducatif de l'IGN et de l'Education Nationale sur l'information géographique
documentation spécialisée définitions des mots techniques consulter le sommaire... page d'accueil exposés sur questions techniques voir exemples, télécharger ... rechercher un mot ...

 

Information géographique : comment ça marche ? comment est-ce fabriqué ?

Introduction : Information géographique : comment ça marche ? comment est-ce fabriqué ?
Cartes et bases de données : processus généraux de cartographie (en chantier)
Collecte de l'information géographique
Acquisition d'images aériennes et satellitales (en chantier)
Photogrammétrie : mesurer avec les images
Télédétection : identifier les détails sur une image (en chantier)
Conception et modélisation cartographique
Histoire de la cartographie (en chantier)

 

 
  Fiche suivante

par
Gérard
Chappart

Ecole Nationale des Sciences Géographiques
Ecrire

 

Introduction : l'information géographique
 

IGN
 

Mieux que les mots, l'image véhicule la description du monde qui nous entoure.

La carte n'est que le reflet (réduit) de son modèle : la terre.

Aussi, pour comprendre comment fonctionne l'information géographique, il suffit d'observer la logique d'organisation du monde qui nous entoure.

 

Plan de fiche

Le milieu naturel
Les constructions humaines
Le thème dominant
De l'art à la cartographie
La carte, image réduite pour une vision élargie
Les relations entre entités
Le déchiffrage de la carte
Les objectifs de la carte

 

 

Le milieu naturel

 
Le relief

 

Pour mieux percevoir la première entité géographique, observons une zone montagneuse avec ses cols, ses crêtes, ses versants et ses vallées.

L'ensemble de ses objets constitue le relief que nous représenterons sur la carte.

 

 
IGN
 
L'eau

 


IGN
 

Le deuxième élément perceptible est la présence de l'eau, qui s'écoule dans les fonds des vallées et dont l'ensemble constitue un réseau linéaire complété par des éléments ponctuels comme des sources ou des geysers et des éléments surfaciques avec les lacs et les étangs

 
La végétation

 

Le troisième élément est surfacique avec les forêts et autres zones de broussailles et constitue le thème végétation.

 

 
IGN
 

Le relief, l'hydrographie et la végétation constituent les familles d'éléments de base de la géographie physique.

Ces trois familles se déclinent ensuite en sous-ensembles avec des particularismes comme les glaciers, les marais ou les zones d'estran.

 

 

Les constructions humaines

 
L'habitat

 


IGN
 

En descendant vers la plaine pour prolonger notre observation, nous trouvons à la confluence de deux rivières un ensemble de constructions qui constituent une ville ou un village.

Les zones bâties se trouvent à proximité de l'eau, indispensable à la survie et qui facilite la communication entre deux villages.

 
Les installations

 

En complément des habitations, s'érigent des installations dont la fonction va être liée à l'activité humaine.

La première se trouve aussi créée proche de l'eau puisque liée à l'utilisation de l'énergie hydraulique avec la création des moulins, puis des usines.

 

 
IGN

 

Les routes

 


IGN
 

La communication fluviale n'est pas toujours possible et pour cette raison se créent des liaisons terrestres entre les villages et les villes et qui constituent aujourd'hui le réseau des chemins, routes et autoroutes.

On peut définir ce réseau comme l'ensemble des itinéraires édifiés spontanément ou non par l'homme et permettant un déplacement à pied ou en automobile.

Ces moyens sont complétés aujourd'hui par un réseau de " routes " ferroviaires.

 

 

Le thème dominant

 

Toutes ces classes d'objets, naturels ou anthropiques, vont se combiner pour donner par exemple, les lacs de barrage et les canaux sur l'hydrographie, les cultures sur le thème végétation et les carrières, remblais, déblais sur le relief.

L'association thématique se fera donc implicitement et prioritairement par rapport à l'origine naturelle des thèmes abordés.

Ce qui nous amène à analyser la logique de report de toutes ces entités géographiques sur une carte et qui vont correspondre à tous les thèmes de l'information géographique.

 

 

De l'art à la cartographie

 

IGN

 


1:25 000, IGN, éd. 1996
 

L'appréciation d'une photographie, d'un tableau s'exprime parfois par les mots : "ça ressemble bien à l'original" ou "ça correspond bien à l'impression que j'avais de l'original".

C'est sur cette loi que repose la logique d'une carte qui fonctionne bien.

On doit retrouver sur la carte l'organisation thématique qui structure l'information terrain.

L'information géographique peut être considérée comme la superposition de couches d'informations, chaque couche étant spécifique à un thème ou à une entité géographique.


 

 

La carte, image réduite pour une vision élargie

 

A partir des règles et des méthodes de report de ces objets géographiques, on définit la représentation du relief, de l'hydrographie, de la végétation , des constructions, des installations et des réseaux.

 

 

Les relations entre entités

 

A partir de ces bases, il est ensuite possible d'analyser les relations entre ces entités.

On se rendra vite compte que les cours d'eau coulent au fond des vallées et que la végétation va varier en fonction du relief et de l'orientation de celui-ci.
Ainsi, les couches d'informations géographiques concernant les milieux naturels se complètent et s'associent en toute logique.
Il en est souvent de même en ce qui concerne les relations entre l'information géographique anthropique et l'information géographique naturelle.

A nouveau, la disposition des réseaux est conditionnée par le relief : la route passe au col, la voie ferrée tend vers l'horizontale.

Enfin, la description des relations entre tous les éléments des couches d'informations géographiques va définir une information topologique importante : les routes se croisent en se superposant, des canaux peuvent surplomber une route, une rivière " horizontale " est un canal, un canal peut surplomber une route et la mer elle même passe sur le tunnel du vieux port à Marseille.

 

 

Le déchiffrage de la carte

 

Grâce aux capacités particulières de notre perception visuelle, le décryptage s'effectue par une série de brèves fixations visuelles qui balayent l'ensemble de l'image, cette faculté permet une double perception du message graphique.

 

Vision globale et vision fine

 

Du balayage initial, l'œil ne retiendra que les éléments graphiques les plus visibles (taille, contrastes).
Une première partie du message est ainsi délivrée d'emblée au lecteur.

Dans le langage courant nous dirions "ce qui saute aux yeux".
Lors des balayages suivants l'attention se fixera sur les détails moins évidents.

Cette exploration attentive de la carte permet d'extraire les informations complémentaire.

 

Plans de lecture

 

Ces modes de vision permettent au cartographe d'organiser les informations en plans de lecture successifs.

Par exemple: La ville de Toulouse (1er plan) est située au bord de la Garonne (2ème plan), et est desservie par des routes (3ème plan).

 
IGN

 

 

Les objectifs de la carte

 

La carte n'a d'intérêt et de vie que par son lecteur : en ce sens, elle existentialise.

Aussi convient-il d'analyser le processus de lecture pour identifier les descripteurs explicites ou implicites que la cartographie numérique devra obligatoirement construire.

Aux questions élémentaires que l'on se pose (où est-ce ? Qu'y a t-il en ce point ? Qu'y a t-il à proximité ? Quelles relations y a t-il entre tels objets ? où sont les objets de telle nature ?) viennent s'ajouter d'autres interrogations, plus complexes, qui procèdent de l'analyse géographique faite par le lecteur (quelle quantité y a t-il ici ? Quelle distribution ce phénomène suit-il ? Où en sont les limites ? Est-ce lié à d'autres choses ? Plusieurs phénomènes donnés surviennent-ils dans une même zone ? Pourquoi ce phénomène se produit-il là ? A t'il toujours existé ? Comment évolue t-il dans l'espace ou dans le temps ? Quels facteurs ont influencé sa répartition ou sa propagation ?).
Les objectifs de la carte seront donc de permettre à l'utilisateur de répondre à toutes ces questions.

Pour cela, le cartographe devra avoir recours à la collecte de l'information géographique (images satellites et aériennes, télédétection, photogrammétrie) puis, construire sa carte en respectant des règles de conception et de modélisation ainsi que des processus généraux.

 

 

 

 


Haut de page
 
Accueil Recherche Exemples Dossiers Sommaire Lexique Documentation Aide A propos...