Le serveur éducatif de l'IGN et de l'Education Nationale sur l'information géographique
documentation spécialisée définitions des mots techniques consulter le sommaire... page d'accueil exposés sur questions techniques voir exemples, télécharger ... rechercher un mot ...

 

Carte et information géographique : qu'est-ce que c'est ? à quoi ca sert ?

Introduction : Carte et information géographique : qu'est-ce que c'est ? à quoi ça sert ?
Information géographique : définition, typologie, exemples
La localisation : systèmes et techniques
Les cartes et bases de données : représenter l'espace
Les images : observer la terre
Les sources d'information géographique
Les cartes: présentation et classification
Présentation des bases de données
Image satellitale et spatiocarte : présentation, description (en chantier)
Photographie aérienne et photocarte : présentation, description
Les informations géographiques alphanumériques
Les métadonnées

 

 
Fiche précédente Fiche suivante

par
Alain
Dupéret

Ecole Nationale des Sciences Géographiques
Ecrire

 

Les images : observer la terre
 

IGN

EOSAT
Aérienne ou satellitale, la vue oblique de la surface du sol est très appréciée pour son aspect figuratif. Pour des mesures géométriques précises, le géographe lui préfère des images prises verticalement
 

L'observation de la surface terrestre depuis des points hauts permet à l'homme de mieux appréhender le monde dans lequel il évolue.

Depuis leur apparition, avions et satellites permettent à l'homme d'avoir une vision globale du monde par delà des frontières sans avoir à recourir à un levé ou une reconnaissance terrestres.

 

Plan de fiche

L'observation aérienne de la Terre
L'observation satellitale de la Terre
Deux exemples d'applications dérivées des photographies aériennes
Deux exemples d'applications dérivées des images satellitales

 

 

L'observation aérienne de la Terre

 

Photographie aérienne prise en 1886 par Nadar dans l'Orne, IGN
La finesse des détails s'accompagne malgré tout de déformations géométriques visibles à l'œil nu
 

Après de nombreux essais expérimentaux à base de cerfs-volants voire même de pigeons, c'est à partir de 1850 que les premières photographies aériennes sont prises depuis des ballons d'observation.

Avec la première guerre mondiale, les missions de reconnaissance militaire, qui permettent de fournir des informations sur des objectifs distants, connaissent un essor rapide.

 

   
 

Les photographies aériennes sont maintenant des supports quotidiens pour tous les géographes désireux de répertorier des objets dont la taille varie du décimètre à quelques mètres.

Lors de la prise de vue, les photographies sont faites de telle manière à pouvoir mesurer les objets en trois dimensions grâce à la photogrammétrie.

   

 

 

L'observation satellitale de la Terre

 

La résolution au sol du satellite Landsat est au mieux de 30 m, EOSAT
 

Depuis les années soixante, les satellites sont exploitées à des fins tant militaires que civiles.

Après les premiers vols Gemini, les satellites américains Landsat depuis 1972 et français SPOT depuis 1986 constituent, entre autres, une source régulière d'images destinées au suivi du rendement agricole, à la gestion des forêts, à l'aménagement du territoire ou à la prospection pétrolière pour ne citer que quelques applications.

   
 

Les principales différences avec les photographies tiennent ici au fait que les images sont directement numériques et permettent un nombre important de traitements informatisés ; en outre, elles couvrent des zones plus grandes, ce qui convient à des applications cartographiques aux petites ou moyennes échelles qui nécessiteraient un nombre beaucoup plus important de photographies aériennes pour couvrir une même zone.

Avec des capteurs radar, il devient même possible d'observer la surface terrestre lorsqu'elle est cachée par une couverture nuageuse. La reconnaissance des objets par leur rayonnement émis relève d'une technique appelée télédétection.

   

 

 

Deux exemples d'applications dérivées des photographies aériennes

 

La photographie aérienne permet de surveiller localement l'environnement, d'évaluer les catastrophes...

Lorsqu'elle est corrigée géométriquement (distorsion de l'optique de la caméra, courbure terrestre, effet de perspective des objets élevés au dessus du sol), elle devient une ortho-photographie dont l'échelle de représentation est constante ; elle est alors assimilable à une carte sur laquelle les objets peuvent mesurés directement avec une règle.

   
 
   
Les objets sur une image correctement redressée raccordent parfaitement avec les détails de la carte : routes, bord de bois… Les objets sur une image correctement redressée raccordent parfaitement avec les détails de la carte : routes, bord de bois…
   
 

Le calcul de vues perspectives consiste à reconstituer le paysage depuis un point de l'espace où se situe l'observateur et d'un point de visé pour constituer la ligne d'observation.

 

   

LH Systems
 
IGN
 
La connaissance de la forme en volume des objets vu au sol permet de donner un meilleur aspect à la reconstruction en perspective du paysage.
Que peut on dire de la différence de rendu des maisons entre ces deux images?

 

 

Deux exemples d'applications dérivées des images satellitales

 

Le suivi des catastrophes naturelles constitue un pôle d'intérêt pour les images du satellite français SPOT dont la précision au sol est de 10 mètres sur les images en noir et blanc et de 20 mètres en couleur.

 

   

SPOT IMAGE
 
SPOT IMAGE
 
La comparaison simultanée des 2 images acquises par le satellite Spot 4 respectivement le 27 mai et le 12 août 1998, met en évidence l' extension des zones inondées dans la région du lac Dongting.
Province de Hunan - pixel 20 m
 

Depuis le premier satellite Tiros, jusqu'aux plus récents tels que Météosat 5, la prévision météorologique s'appuie sur des satellites particuliers qui permettent la prédiction des orages, évolution du couvert nuagueux, surveillances des intempéries...

   
 
Un satellite météorologique comme Meteosat 5 capte les rayonnements dans les canaux :
   
 

EOSAT
le visible (0.4 à 0.9 microns)
 
EOSAT
la vapeur d'eau (5.7 à 7.1 microns)
 
EOSAT
l'infrarouge thermique (10.5 à 12.5 microns)
   

 

 

 

 


Haut de page
 
Accueil Recherche Exemples Dossiers Sommaire Lexique Documentation Aide A propos...